mercredi, novembre 01, 2006

DINER IS SERVED !



Les rumeurs Casablancasylum, c'est un peu notre fond de commerce, c'est comme le khat éthiopien, on les mâchouille jusqu'à l'ivresse ici. Alors, évidemment, toi, lecteur européen tu passes un peu à côté mais c'est bien pour ça qu'on est là nous, c'est notre mission statement, protect and serve, acquire and broadcast.
Ainsi tu n'auras peut-être pas entendu la dernière (paru dans plusieurs hébdromadaires marocains) : la tête de Mehdi Ben Barka, aurait été présenté à feu Hassan II, sur un plateau, lors d'un repas plus ou moins officiel.

Du coup les juges français viennent retourner les poubelles du bled.

Billet paru dans "Aujourd'hui le Maroc" :

"Il semblerait que le juge Patrick Ramaël, en charge de l’affaire Ben Barka, demande, dans une nouvelle commission rogatoire, à se rendre au Maroc accompagné de deux experts judiciaires équipés d'appareil de détection géophysique. Le Maroc étant le seul et unique pays arabe non pétrolier, son attention est très touchante. On voit que l’absence d’or noir, chez nous, à défaut d’aiguiser les appétits de nos adversaires, elle suscite, au moins, la compassion de nos amis. Le juge a un désir impérieux de creuser, mais il faut qu’il fasse attention de ne pas forer à côté du trou. Mahjoub Tobji, factotum de Ahmed Dlimi, lui aurait dit que Larbi Chtouki serait Miloud Tounsi selon Miloud Tounsi lui-même alias Larbi Chtouki qui, par ailleurs, aurait été confondu par le truchement d’un test de graphologie appliquée à une fiche de police néolithique récupérée dans des fouilles à ciel ouvert à l’aéroport d’Orly. Le magistrat aurait aussi envie d’effectuer des fouilles à Rabat du côté d’un lieu-dit PF3 «où pourrait avoir été enterrée la tête de M.Ben Barka.» Quand on n’a pas de pétrole, on est obligé d’avoir des idées, mais de là à creuser à l’aveuglette pour récupérer un crâne, il faut vraiment avoir perdu la tête. Confronté au syndrome persistant d’absence d’éléments nouveaux, sérieux et crédibles, dans sa recherche de la vérité sur la mort de Ben Barka, Patrick Ramaël fait, au moins, son trou dans la magistrature."

4 commentaires:

Abdé a dit…

Pourquoi ne pas ressortir,le squellette de Dlimi,Oufkir,De Gaulle,Hassan II,et que sais je
encore;pour faire une confrontation.Le juge
pourra les cuisiner à sa guise.

Anonyme a dit…

M. Tobji

Maroc Hebdo International N° 718 Du 3/11/06 a publié une photo intitulée:
«Miloud Tounzi se payant du bon temps aveec le cdt Mahjoub Tobji qui bat la mesure».
http://www.maroc-hebdo.press.ma/MHinternet/Archives_718/html_718/miloud.html

Cette photo est en soi un témoigne vivant de vos états de service, elle inspire particulièrement 3 remarques:

1) Il n’ y avait pas que « Bennani » qu’on ridiculisait en le forçant à boire et à danser avec les Chikhates. La photo, prouve que vous ne faisiez pas exception et que lorsque le « M’allem’ disait « noud al bandi », vous n’aviez pas le choix, vous lui répondiez « N’am Sidi».

2) Après les soirées bien arrosées animées par les Chikhates et les filles de joies, Comment Dlimi et ses compagnons d’armes ( Bernichi, El Haîk, Tobji et Chtouki …) pouvaient ils s’occuper le lendemain de la bonne marche des affaires de l’Etat marocain? On comprend très bien maintenant pourquoi le Polisario enregistrait victoire sur victoire.

3) Vous étiez très familier avec Tounzi alias Chtouki ( la photo est là pour le prouver), vous étiez au courant , des le début des années 80 , de son identité et de son implication dans la disparition de Mehdi Ben Barka. Vous avez attendu 2006 pour le révéler dans votre livre. Votre témoignage vient un peu trop tard, d’autres l’ont déjà fait avant vous.

Je crois qu’il est temps de donner la liste des disparus et surtout des tortionnaires depuis l’ère de Dlimi. En tant que bras droit de ce dernier vous devriez être bien informé. Votre devoir est d’informer l’opinion publique de la réalité de cette page sombre de l’histoire du Maroc.

Salutations

Anonyme a dit…

M. Tobji désigne dans son livre le Sahara Marocain sous l’appellation de « Sahara Occidental ». Ce revirement spectaculaire n’a pu être fait sans le soutien financier des ennemis de l’intégrité territoriale du Maroc.
Avec sa prise de position et ses agissements, il pense peut être réussir, à Dieu ne plaise, ce qu’il avait raté en 1983?
Tobji n’a pas changé. Il était , il est et il sera toujours notre « Zéro national »

Adnane Daoudi a dit…

Texte de M. Adnane Daoudi paru dans Telquel N° 247

Petits règlements de comptes entre amis

“Les officiers de Sa Majesté”, le livre de l’ancien commandant Tobji, est un pétard mouillé. Au lieu de révélations chocs, on n’a eu droit qu’à des évidences truffées d’anecdotes. Je m’interroge aussi sur les motivations de M. Tobji. Se refaire une virginité ? Il a beau jeu de se qualifier de soldat intègre. A-t-il oublié qu’il a été, lui aussi, l’un de ces “officiers de Sa Majesté” qui ont bénéficié des largesses du système ? Voulait-il prendre ses distances avec ses anciens mentors ? Tobji devra en faire plus pour nous convaincre qu’il n’a accepté de servir Dlimi que sous la pression. Voulait-il, surtout, clouer Housni Benslimane au pilori ? Pourquoi pas, après tout… D’ailleurs, n’est-ce pas ce dernier qui a brutalement mis un terme à son ascension au sein de l’armée ? Mais en le présentant comme un comploteur machiavélique, manipulant le roi et son entourage, Tobji a franchi un pas qu’aucun analyste n’oserait franchir. Comment peut-on prendre au sérieux un homme qui affirme que “le Polisario a été créé par le Maroc, avec l’aide de la Sécurité militaire algérienne” ? M. Tobji aurait gagné en crédibilité s’il avait commencé par faire son autocritique.