jeudi, août 16, 2007

PAR DELA LE BIEN ET LE MOU


Achevé ce soir à 21h47 la lecture de "La Métaphysique du Mou", manuel néopataphysique d'un certain Jean-Baptiste Botul, édité en 2006 aux éditions des Mille et Unes Nuits. Encore en état de choc, l'équipe entière des sursinges du Casablancasylum s'accorde à élever l'ouvrage et ce sans plus attendre, au rang de livre sacré, ainsi, à compter de ce jour le Mercredi sera entièrement consacré à l'étude du mou sous toutes ses formes.
En attendant mercredi prochain nous vous abandonnant malicieusement à l'univers botulien en commençant par un concept clé qu'il te faudra, lecteur rapidement maîtriser : le paradigme du fromage.
"Dans les morales antiques, mou et corrompu sont quasi synonymes. La vertu est rigide le vice est mou. Le mou cependant, autorise une appréhension plus subtile de la substance. Et il y a certainement autant d'Etre dans un flanc aux oeufs que dans un os de poulet. Ou alors quoi? Prenons en exempe le fromage : le caillé (ou la cancoillotte) a-t-il moins d'Etre que le comté (ou pour atteindre le meilleur degré de dureté, une très vieille mimolette)? Rien n'est moins certain."

"Le passage du dur au mou est aussi naturel (et observable) que celui du mou au dur. La chaleur dans un sens, le froid dans l'autre semblent intervenir comme des facteurs importants. Mais non décisifs, ni universaux : l'oeuf durcit à la chaleur, tandis que la cire fond, ainsi que la finement remarqué Descartes, et le museau-vinaigrette se ratatine. Le melon s'amolit en mûrissant, mais point trop. L'état final, comme pour le camembert, est, en fin de compte, une putréfaction liquide. Il est néanmoins précédé, comme pour le camembert, d'un état que je nommerai "la mouité idéale" -faute de mieux. La remarque vaut pour le coulommier et le pont-l'évêque."

1 commentaire:

René Jacquot a dit…

Intéressant ce concept du mou...Il ne vous reste plus qu'à étudier la moiteur...c'est vrai tout un monde de moiteur se profile devant nous!