dimanche, janvier 28, 2007

ETAT DES LIEUX

L'histoire circule encore à Casablanca. Il y a quelques années un bateau prit en chasse par la police le long des côtes de la ville finit par jeter à la mer des centaines de paquets de cocaïne. Au petit matin les promeneurs ramassent ces étranges petits sachets de poudres, certains comprenant immédiatement de quoi il s'agissait, d'autres, dit-on, les utilisèrent comme farine dans des préparations alimentaires. Aujourd'hui Casablanca ressemble vaguement au New York des années 80, celui de Jay McInerney et de ses romans "Les Oiseaux de Nuits", "The last Savage", celui de Bret Easton Elis, le New York cocaïné, la ville et ses vertiges verticaux enfièvrée dans l'extase chimique, la jet set et sa poudre.

5 commentaires:

imaaane a dit…

antiphon, je pense que t'as sniffé la viédo, g que dalle kan je klik sur play..c le trou noir, à part si c les sinus dilatés d'un junky bidaoui...:))

antiphon a dit…

Imane arrête de taper dans ton armoire à pharmacie, cette vidéo fonctionne parfaitemen bien chez moi... ah ma fille si j'avais d'autres lecteurs un peu plus volubiles, ils pourrait confirmer ou infirmer ton commentaire... n'est-ce pas Senior Juan?

imaaane a dit…

et kes tu en sais de ton nombre de lecteurs, et puis koi? tu vas pas t'y mettre toi aussi antiphon..y a un écrivain journaliste marocain, ki a carrément boudé, il considère que le nombre de com est insuffisant..et y a de koi, depuis le 26 janvier, son post affiche 200 lectures et..3 commentateurs; y a de koi se poser des kestions kan même..si on accorde allé 50 lectures aux 3 commentateurs ( 10 com en tt), 150 ont lu sans répondre..

jpj a dit…

Oui Antiphon, je confirme que la vidéo passe bien chez moi aussi.

Et les pellicules en subtitut de la c, ça marche ça?

antiphon a dit…

parfait mes deux préférés sont bien au rendez-vous... ce blog a donc encore sa raison d'être. Merci de votre présence.