mercredi, novembre 07, 2007

IMBECILE HEUREUX


Renouant avec la tradition célinienne de l'injure publique, le Casablancasylum s'apprête à vous dresser le portrait d'un sublime idiot, un ectoplasme empantouflé, pur sous-produit de pipistrouille, en bref : un crétin nécessaire.
Le concombre en question n'a pas plus de trente ans, issu de la classe des nouveaux riches marocains, il ne connait pas de problème d'argent et comme beaucoup d'autres de ses congénères, il a monté sa boite de com, embauché quelques européens et peut donc s'afficher fièrement et empapaouter son entourage en jouant les petits jeunes entrepreneurs.
Son entreprise est un fiasco intégral. Créée il y a près de trois ans, elle n'a décroché que de très rares marchés, une campagne de pub pour un fabriquant de pilules, une ou deux brochures commerciales réalisées à la va-vite et c'est à peu près tout. Qu'à celà ne tienne. Notre cornichon d'élevage a de bien plus hautes ambitions, il rêve de gloire, adule et vénère tout ce qui se rapporte à l'argent, aux grandes marques, aux grosses cylindrées, et autres produits à haute valeur symbolique.
Son projet patauge, les mois passent, rien n'évolue. Le matin, vers 11h00, il se pointe, la gueule enfarinée, la démarche peu assurée, salue son maigre effectif et va s'enfermer dans un grand bureau vitré. La masse de travail nécessaire à l'accomplissement de son projet est inimaginable, mais notre bourrique à deux trous est un doux rêveur. Installé devant son tout dernier Macintosh (dont il maîtrise à peine les fonctionnalité de base), il est pareil à ces statues de sel qui sommeillent le long de la Mer Morte, figé dans la stérilité de ses reflexions ineptes, amorphe, il attend passivement. Quoi? Dieu seul le sait... et encore, à vérifier. Triste spectacle que celui de ce pauvre garçon.

Notre ancien employeur en plein brainstorming

Heureusement maman est là. Elle l'appelle plusieurs fois par jour, passe chaque semaine à l'agence. Peine perdue.
Les semaines passent donc, et notre emrhumé du bulbe continue de barboter dans son jus. Les deux européennes qu'il avait débauchées finissent par mettre les bouts, et, comme votre serviteur, vont épancher leur colère, sur le blog de l'ami Bervas en l'occurence.
Arrive alors le Deus Ex Machina, un nouveau français, authentique produit des universités américaines catapulté Directeur Général du futur projet, et notre fienteux foetus retrouve l'espoir. C'est que la nouvelle recrue ne manque pas de vocabulaire, plan d'action marketing, benchmarking, customer relation management, mise en place de procédures, reporting, bullshiting, toute une panacée de concepts creux mais résonnant comme le tintement des pièces d'or dans l'oreille de notre bourvil d'entreprise. Avec ça, la route vers le succès est toute tracée, et notre traine-patin s'enorgueille de plus bel. Il rêve à présent de faire venir Celine Dion et Britney Spear pour l'inauguration de son projet qui, nous vous le rappelons, n'est pour l'instant et depuis 3 ans, qu'un immense champ de ruines.
Mais les architectes oeuvrent. Il en embauche d'abord un premier (il y a deux ans) le rénumère et se ravise. Un an plus tard rebelotte, il contacte le plus gros cabinet de Casablanca, verse des honoraires astronomiques, pour, au final, ne rien obtenir de convenable, contacte alors un troisième architecte, français cette fois. Mais la mélodie est tenace, rapidement l'archi flaire le benêt et fait trainer les choses, les mois passent, le projet, en l'espace de 5 mois a réussi à prendre plus d'un an de retard. Quoi? On a communiqué dans toute la presse sur une ouverture fin 2007, pas grave. D'autant que cette savate ne cesse de changer son concept. Voilà maintenant qu'il parle d'intégrer une franchise Hermes à son projet, et pourquoi pas non plus le grand restaurateur Fauchon?
Misérable moustique.
Tu le vois, ton Casablablancasylum ne décolère pas, mais c'est qu'un de nos rédacteurs vient de perdre cinq mois de sa vie à bosser pour ce funeste pantin. Il fallait bien en faire le deuil, il fallait bien qu'une fois encore la plateforme Casablancasylum rende à l'écriture sa première fonction : la douce catharsis.

13 commentaires:

dima a dit…

Catharsis ici, plan de carrière pas en vue mais tout de meme compte bancaire garni et régulièrement alimenté j'espére ! Il parait que dans le nouveau continent, ou dans l'ancien d'ailleurs, on change de boite quand l'ennui ou l'incompétence de la hiéarchie pointe son nez : il faut avouer qu'il vaut mieux quitter le navire que sombrer avec...

Antiphon a dit…

merci de ton indgence Dima. je pensais que la publication de cette diatribe allait me valoir une volée de bois vert, des insultes en rafales, et l'incompréhension de mon lectorat.
Excellente soirée à toi frangin.

Antiphon a dit…

indulgence....

Anonyme a dit…

Personnelement, c'est malheureux de voir kil existe des gens de ce style, mais pourquoi pas les affronter aulieu de se cacher derriere un blog sans identite!!!

Antiphon a dit…

@l'anonyme
ouais, c'est vrai, j'avais d'ailleurs pensé à l'affronter sous forme d'un duel genre match de catch dans la boue mais j'ai trop peur de me salir. Et puis le zozo en question n'ignore en rien l'opinion que j'ai de lui.

dima a dit…

Point d'indulgence. Juste un avis suite à ma lecture et je trouve que tu écris bien de façon ordonnée et limpide : je parie que tu ne laisses jamais trainer tes chaussettes par ci par là chez toi :)

Sinon, fais attention à la peau de tes fesses puisque j'ai eu vent d'un blogueur français qui racontait le quotidien de sa boite sincérement donc en "mal" et qui s'est retrouvé à l'ANPE pour quelques mois ;)

Au fait, elles sont comment tes collégues gauloises ? ;) (si tu pourrais développer la prochaine fois tu serais sympa et solidairement "male")

dima...frangin

SimplyMoroccan a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Âne unanime a dit…

Je te reconnais bien là grand frère.

"May the force be with you and your apple !"

Fhamator a dit…

Excellent....tu viens de synthétiser en un post toutes mes défuntes expériences professionnelles.

Bravo l'artiste, et t'inquiète je te garde une place juste à côté de la mienne.

Fhamator, membre fondateur des la société des chômeurs disparus.

~laurent a dit…

" l'ami Bervas "
Tiens c'est nouveau ;-)

allez ++ (sinon encore très bien écrit)

Anonyme a dit…

Humour noir , comme je l'aime !

Bonne continuation !


_Kita_

René Jacquot a dit…

Antiphon, tu parles de Bourvil dans ton post... Bourvil était un homme décent à mille lieues de ce cancrelat.

kriktman a dit…

Très jolie billet , très réaliste, ca me rappel plein d'amis de Casablanca et de Rabat.
Bonne continuation