mercredi, novembre 21, 2007

SHOW ME LOVE


"Moi les françaises faut plus m'en parler! Quand je vois comment Leila prends soin de moi. Tu sais que quand on mange ça lui arrive même de me nourrir à la petite cuillère! Elles au moins elles savent prendre soin de leur homme"
Ca c'est Philippe, 45 ans, toutes ses dents, cadre dans une entreprise en France, divorcé depuis deux ans, fatigué de la grisaille et souhaitant changer de vie. Profil idéal, Philippe est un joli fruit mûr pour le Maroc, à consommer rapidement, et sans modération.
Le Maroc, Philippe le connait peu. Un séminaire d'entreprise à Marrakech il y a huit ans et puis, récemment, un reportage télévisé sur le boom des stations balnéaires de la côte Atlantique. L'affaire est dans le sac, Philippe dépoussière ses valises et son enthousiasme, commande un billet Paris-Casablanca sur un site de low-cost, loue une voiture sur place, rejoint par la route côtière la cité lacustre dont le reporter lui vantait l'incalculable potentiel, et s'installe dans un hôtel en bord de mer.
Philippe, donc, réunit toutes les conditions favorables à ce que les "anciens" du Maroc appellent, un bon entaginage.

Entaginage: (de tagine, plat dans lequel on fait mijoter un met) - nm carambouillage, tromperie. A ne pas confondre avec entartage, spécialité d'origine belge.

Philippe dort seul dans sa chambre d'hôtel. But not for long... c'est bien connu, la nature a horreur du vide. Et la nature est généreuse en ce dimanche d'Août, Leila 25 ans réceptionniste de l'établissement ne le lâche pas des yeux. Philippe est transporté, ébloui par tant de beauté, il entame son long voyage, au bout de la nuit.
Quelques jours plus tard, à la terrasse d'un restaurant, Philippe, 45 ans, père de deux enfants, membre respecté d'un Rotary Club de province, se fait biberonner à la petite cuillère par une jeune fille de 20 ans sa cadète, délicieusement en proie à une insoupçonnable mais bien réelle régression.
Des comme Philippe on commence à en avoir croisé toute une ribambelle. Et on ne peut que sourire en pensant à tout l'habit de respectabilité et de sérieux dont un homme peut se draper pendant toute une vie, pour, le retrouver, cet homme, enfantilisé, naïf et sans défense, retombé dans l'abrutissement juvénile de ses premières années de collège à la première nymphette venue.

Philippe sortira-t-il indemne de cette affaire, à toi de voir lecteur...

3 commentaires:

dima a dit…

Je suis partagé pour ne pas dire que j'ai un avis mitigé concernant la question. Quelle question ? me diras-tu trés cher rédacteur et je te répondrai "Le démon du Midi" Pardi ! Sauf que là, le philippe a fait fort ou plutot facile puisque dans le plusbopaysdumonde "le démon du Midi" ou pas : t'en trouveras toujours une pour te rammasser à la petite cuillère ;)


PS: Vas y mollo avec "les strangers in the night" on en a besoin pour toucher le jackpot des 10 patates en 2010 :)

Imane a dit…

Fhamator te dirait, qu'il mangearait moins à la petite cuillère, s'il lui arrive de penser à l'addition..:)

Antiphon a dit…

@dima : merci de me rappeler au souvenir de cette expression que j'adore "le démon de midi"
@Imane : j'ai du mal à accéder à ton blog, sweety, c'est normal ça?