mardi, novembre 20, 2007

CONTRE-ENQUETE


A ma droite, culotte rouge chaussettes jaunes, accusant 80 kilos à la pesée, le Grand Négus de la success-story, le Grizzli de la Moroccoblogobulle, Laurent Bervas.
A ma gauche, culotte noire chaussettes vert-pistache, accusant 78 kilos à la pesée, le psychotique et aliéné Antiphon, libellé, certifié, Cinoque ISO 2007.
Comme chaque matin le staff tartufesque du Casablancasylum sirote sa première gorgée de café noir en parcourant le post du jour de chez Blogwaves, en l'occurence, un portrait d'un journaliste français free-lance installé de fraîche date à Casablanca.
Intéressant, comme toujours, de pouvoir s'enquérir de l'expérience d'un homeboy délocalisé mais tentant aussi, d'y opposer son contre-exemple, le français paumé, lui aussi fraîchement débarqué, déboussolé comme les radars d'un coucou survolant les Bermudes.
Notre homme du jour, qu'on surnommera Stéphane, affiche lui aussi un maigre nombre de mois à son compteur nord-africain. Il vit à Casablanca depuis 6 mois, marchant sur les traces de sa grande soeur, exilée au Maroc depuis un peu plus de deux ans.
Si Félix (le journaliste interviewé par Laurent) navigue paisiblement dans son pays d'accueil, Stéphane, lui, peine encore à trouver son équilibre. C'est que le type est un peu flou. Arrivé à Casablanca il se présente comme Dj, travaille quelques mois sur des plages privées de Tamaris, puis, jouant les transfuges, on le retrouve commercial dans une petite société casablancaise. L'expérience ne durera qu'un mois. Stéphane à d'autres ambitions, il veut monter sa boite d'événementiel, descendre devenir star de la nuit marrakchi, faire hurler les dancefloors et toute la branchitude jetsetteuse de la ville ocre.

Stephane from Paris, bientôt roi de la boule à facette.

Paradoxe. Stéphane, ne semble pourtant disposer d'aucune culture musicale. Invité dans les locaux du Casablancasylum, on s'amuse à lui concocté une sélection pointue d'électro minimale, les dernières productions de la scène berlinoise, mais aussi des standards de la culture clubbing... Rien. Le jeune homme ne montre aucune réaction. Il ne peut mettre un nom sur aucuns des morceaux listés. Intrigués, nos collaborateurs tente de sonder notre Dj de plage. Influences, préférences musicales, inclinaisons. Et là encore, rien de bien probant. Il devient rapidement évident que Stéphane dispose d'à peu près autant de culture musicale qu'une chèvre du Haut-Atlas.
Pas forcément un frein à l'entrée dans le monde du DJing, après tout il a une bonne gueule, souriant, affable, il va jouer sur l'appétit des classes bourgeoises marocaines pour les petits frenchies. La musique passe après, l'important étant d'avoir un français aux platines.
En attendant sa consécration marrakchi, Stéphane zone dans le grand Casablanca, dilapide ses derniers euros-dirhams et loue, en collocation avec un autre français, un appartement dans un quartier populaire. Il commence à vivre à crédit, rien de grave pour l'instant. Tout les trois mois il traverse le détroit de Gibraltar pour faire tamponner son passeport. Sa dernière tentative s'est soldé par un passage au poste de police, nous raconte-t-il. Pourquoi? Stéphane reste évasif, entretenant ce flou nécessaire à sa survie. Sans voiture, sans papiers, sans travail fixe, sans grandes réserves d'argent, il bricole, comme nombre d'autres français installés dans ce royaume de ciels bleus.

Exposition Universelle des Français Sacrifiés au Maroc

5 commentaires:

C. Off a dit…

http://mrtoledano.com/

dima a dit…

Il faut instaurer le R.M.I destiné aux chévres de l'Atlas pour le bien etre de cette classe bourgeoise née avec une louche d'or dans la bouche. Il me faut te dire que je la chéris trop pour ne pas souhaiter son manque de Dj-frenchies...


PS: dis donc, surfeur-rédacteur, tu me nargues et t'as pas envie de répondre à ma question sur le post précédent ? il faut le dire et je me ferais une joie de te lire sans commenter !

dima a dit…

Je retire mon PS en m'inclinant devant ton intéractivité bienveillante. Puisse Dieu des vagues te garde et te bénisse !

Anonyme a dit…

atiphon, you're a smart guy, but this stuff is two bit crap. Y'a l'envers de chaque medaille. So whatchyou learning us.

Get real. Est-que tu prends tes médocs?

Michael Bolton a dit…

Très très bon ça, du fond et de la forme...Il faut faire tomber les mythes. Bien sur, rien n'est noir ou blanc mais à force de tout relativiser, toutes les salades qui circulent deviennent religion pour le petit français en mal de projet. You know what I'm saying? Oui moi aussi je peux me la péter je cause le français et l'english...L'anusnyme n'est pas le seul à pouvoir aligner quelques mots d'anglais, ni le seul à raconter des trucs inutiles, malheureusement.